L’implantologie : histoire récente

Au cours des 30 dernières années, l’implantologie a fait l’objet d’énormes progrès et s’est transformée en une technologie hautement spécialisée.

Grâce aux nouvelles techniques chirurgicales, de plus en plus de patients peuvent bénéficier aujourd’hui des avantages des implants. Les statistiques d’implantologie se sont considérablement améliorées, avec un pourcentage d’échec de seulement 1 % du total des patients ayant bénéficié de cette technique.  

L’examen préliminaire

Ce haut pourcentage de succès est dû à un meilleur examen de la zone où l’implant va être mis en place et à la préparation de cette zone.

L’extraction préalable doit être réalisée proprement, de manière atraumatique, en s’assurant qu’il reste le plus d’os possible, et que les défauts osseux ou gingivaux ont été corrigés.

Les images du scanner du maxillaire supérieur ou de la mandibule permettent de visualiser précisément la hauteur, la largeur et la densité de l’os à l’endroit de l’implant. À partir de là, nous déciderons de la longueur, de la largeur et de la forme de l’implant à poser.

Une bonne gestion parodontale de l’implant (gencive autour de l’implant) est un facteur supplémentaire de succès en implantologie.

La chirurgie de l’implant

Ainsi, le matériel utilisé pour la mise en place de l’implant, le choix des implants, l’état de la surface osseuse et gingivale sur laquelle on travaille et les techniques chirurgicales ont beaucoup évolué.

Plusieurs facteurs doivent être pris en compte :

  • L’utilisation d’implants en titane de haute qualité. Ils doivent venir d’un fabricant reconnu et avoir passé des contrôles de qualité exhaustifs.
  • La surface doit être traitée au microscope pour augmenter l’adhérence à l’os.
  • L’emploi d’instruments parfaitement adaptés à la nouvelle forme des implants.
  • Privilégier une stabilité primaire de l’implant (l’implant doit rester fixe pendant l’intervention), sans effort ni traumatisme.

La chirurgie pré-implantaire

La chirurgie pré-implantaire, de plus en plus sophistiquée, peut restituer le volume nécessaire d’os avant la pose de l’implant à travers les techniques suivantes:

  • Les chirurgies d’expansion de crête ou d’apposition, qui permettent d’augmenter l’épaisseur d’une crête osseuse trop mince et de corriger son volume et son contour.
  • La chirurgie osseuse intra-sinusienne qui, en augmentant la hauteur de l’os, permet la pose d’un implant même à proximité du sinus maxillaire.

En implantologie, le pourcentage d’échec ne dépasse pas 1 %, à condition que l’intervention soit réalisée par un dentiste expérimenté.